Devenir pilote :

Quels métiers ?

Qui n’a pas rêvé un jour de parcourir le monde aux commandes d’un avion ?

Devenir pilote de ligne peut être plus accessible
qu’on ne pourrait se l’imaginer.

Avec l’offre de formation d’APA Training,
et notamment l’ATPL intégré,
c’est chose possible sur une période relativement courte
puisque celle-ci peut se faire sur une durée de 20 mois.

Les débouchés possibles sont divers, en voici un tour d’horizon.

Pilote de ligne

Le pilote de ligne fait partie du personnel navigant technique (PNT). Il a en charge la sécurité des voyageurs mais il peut également transporter du fret. Il prépare le vol en tenant compte de tous les éléments : conditions de vol, itinéraire à respecter, météo, etc. C’est également le pilote de ligne qui calcule la quantité de carburant nécessaire à son vol.

Dans le cockpit, pendant le vol, il contrôle l’ensemble des paramètres, gère les ordinateurs de bord, et maintient une liaison permanente avec les centres de contrôle présents au sol. Même si le pilotage est désormais automatique, l’informatique est plus que jamais présente. A bord, le pilote est le responsable de toute l’équipe navigante mais aussi des passagers. Il est tenu de parler anglais couramment. Une valeur essentielle à tous pilotes est l’honnêteté intellectuelle.

Être commandant de bord sur une ligne internationale est le couronnement d’une longue carrière. Le plan de carrière d’un pilote, dans une compagnie aérienne majeure, se déroule généralement de la manière suivante : on commence copilote sur les courts/moyens courriers, puis copilote sur de longs courriers, ensuite Commandant de Bord sur les courts/moyens courriers et pour terminer CdB sur les longs courriers.

Pilote d’aviation d’affaire

En quoi ce métier diffère-t-il du métier de pilote de ligne ?

Vous serez amené à transporter vos passagers vers des destinations de leur choix sur des aérodromes ou aéroports spécifiques à l’aviation d’affaire (Paris-Le Bourget est un exemple parmi d’autres) avec des contraintes temporelles bien différentes.

Ce n’est pas le client qui s’adapte à l’avion, mais bien l’équipage qui s’adapte aux demandes de ses passagers.

 

Pour cela, des FBO (Fixed Based Operators : des entreprises de support sur aérodromes qui prennent en charge la clientèle et aident les pilotes à la préparation des vols) peuvent vous aider. Parfois il faudra faire l’ensemble de la préparation du vol comme vous aurez appris à le faire en école de pilotage car vous serez sur de petits aérodromes pendant que votre client se rend à son rendez-vous.

L’important est que l’avion soit prêt à n’importe quel moment.

Instructeur

Un pilote peut également se tourner vers l’instruction.

Prérequis

  • Être titulaire d’une licence CPL ou d’un PPL avec le CPL théorique
  • Justifier de 200 heures de vol dont 30 heures de vol sur monomoteur et 5 dans les 6 mois précédents l’entrée en stage
  • Justifier de 10 heures de vol aux instruments dont 5 peuvent être faites sur simulateur
  • Avoir effectué un voyage de 300 NM avec 2 atterrissages sur des aérodromes différents de celui de départ.

Le stage FI (Flight Instructor)
Il se déroule sur une période de 5 semaines environ. Le travail à fournir est important. Le stage se concentre sur l’apprentissage de la pédagogie et la transmission du métier de pilote. Il ne s’agit en aucun cas d’un stage de perfectionnement au pilotage. Le niveau de pilotage est d’ailleurs évalué lors de l’entrée en stage.

La formation comprend :

  • 25 heures de « teaching and learning »
  • 100 heures d’instruction théorique
  • 30 heures de vol avec un minimum de 25 heures en tant qu’élève-instructeur parmi lesquels 5 sont effectuées au simulateur.

L’ensemble du programme PPL est ainsi revu.

Privilèges
L’instructeur débutant peut délivrer la formation PPL, sauf les primo-lâchers qui seront fait par un instructeur plus expérimenté.
Une fois l’expérience acquise, l’instructeur obtient les privilèges complets pour l’instruction PPL.
Il peut étendre ses privilèges au vol de nuit, la voltige, la formation CPL (s’il détient lui-même une licence CPL)

Evolutions possibles :

  • IRI (instructeur vol aux instruments),
  • CRI (instructeur de classe),
  • TRI (instructeur de type),
  • SFI (Instructeur simulateur de type),
  • STI (instructeur d’entraineur synthétique),
  • MCCI (instructeur travail en équipage).

Être instructeur est aussi le prérequis pour devenir examinateur (FE).

Devenir pilote :
les différentes étapes

En savoir plus

Candidatez dès maintenant !

J'y vais